Xavier Voirol, la Chaux-de-Fonds

Xavier Voirol, la Chaux-de-Fonds

La bâtisse, située à l’Est de la Chaux-de-Fonds, a été construite en 1902. Ce fut d’abord une ébénisterie, puis elle fut occupée par une fabrique de cadrans horlogers et enfin adaptée aux besoins d’une entreprise électrique. Deux vastes espaces ouverts, aux très hauts plafonds, ont été transformés pour l’un en loft, pour l’autre en espace commercial. « Je cherchais à acheter et avais trouvé un objet mais n’étais pas totalement convaincu de mon choix ». C’est alors qu’un ami architecte, Michel Décosterd, de l’atelier biennois 0815, l’a rendu attentif au potentiel de cet ancienimmeuble industriel de deux niveaux. « Je pouvais y faire mon studio photo en style live/work au premier étage et concevoir un espace à louer au-dessous, cela tout en conservant une pièce au sous-sol où installer une spacieuse chambre noire ». Xavier est photographe indépendant. Il partage son activité entre les commandes et ses travaux personnels, il a jusqu’ici bénéficié de quatre bourses de résidences à l’étranger et travaille encore beaucoup en argentique, il a en outre déjà publié plusieurs ouvrages. La transformation des lieux a duré six mois ; la chape en béton était recouverte d’une moquette, il y avait des faux-plafonds, Les pièces étaient cloisonnées. Tout ou presque a été refait ; le chauffage, l’électricité, l’isolation. Lors de sondages, avant le début des démolitions, ils découvrent le plancher d’origine caché sous le béton…

 

En supprimant ce dernier ils arrivent à faire revivre le caractère original du bâtiment ; le plancher est réparé ou complété par endroits, puis simplement poncé et huilé, les irrégularités des teintes du bois lui confèrent un caractère particulièrement chaleureux. Le plafond en plâtre est huilé ce qui lui donne de beaux reflets brillants selon le moment de la journée, l’endroit est très lumineux, même par temps pluvieux la luminosité est étonnante. Pour les besoins de son activité, Xavier s’est vu obligé de sacrifier la beauté visuelle des belles baies vitrées anciennes : « ça n’a pas été facile de me résoudre à trouver un compromis pour complètement obscurcir les lieux, mais c’était une nécessité pour mon travail en studio ». Les baies sont dissimulées par une installation ingénieuse et élégante de cadres en aluminium et de stores en toile opaque noire. C’est avec intérêt qu’il a collaboré avec l’architecte pour créer une salle de bain avec de grandes armoires de rangement, qui manquaient un peu dans le loft. C’est également ensemble qu’ils ont imaginé une construction en forme de L dans laquelle viennent se nicher la chambre à coucher avec dressing, la cuisine et une grande bibliothèque qui se trouve directement derrière le mur de la chambre. La cuisine gris anthracite possède un système de tiroirs et placards sans aucune poignée au look d’une discrétion totale, l’îlot est recouvert d’un plan de travail en inox, tout est parfaitement organisé et pratique pour le plus grand plaisir de Xavier qui aime cuisiner. La déco est minimaliste, cela pour accommoder le caractère fonctionnel de ce lieu de travail et de vie.

Xavier

 Quand as-tu acheté cet objet et depuis combien de temps y vis-tu ?

L’acquisition s’est faite courant 2013 et j’y habite depuis le mois de février 2014.

Parles-nous un peu des travaux qui ont été faits, découvertes, anecdotes ?

Les travaux ? C’est avant tout une très belle collaboration avec Michel Decosterd, l’architecte. C’est un ami de longue date et nous étions jusqu’alors voisins. Michel connaissait donc ma façon de vivre et de travailler autant que l’usage que j’entendais faire des lieux. Il était donc particulièrement à même de mesurer quels étaient mes besoins en termes d’agencement de l’espace. Pour ma part je partageais bon nombre de ses points de vue sur l’architecture et la façon de vivre le bâti. La confiance était donc totale et ses partis-pris se sont avérés pertinents tout au long du chantier. Peu d’anecdotes à relever, la plus grande surprise – et la plus belle – fut de retrouver le plancher d’origine en hêtre. Il est incroyablement vivant, porteur des stigmates de son passé industriel et donne à l’espace un caractère et une authenticité qu’aurait très certainement étouffé la pose d’un sol « moderne ».

Comment décrirais-tu ta manière de meubler et décorer ton loft ?

Il y a quelque chose d’assez radical à habiter un loft. Le volume doit rester ouvert et les espaces modulables sinon autant vivre en appartement ! L’ameublement est du même ordre, je veux dire par là que les aménagements, s’ils permettent de donner un certain rythme au lieu, ne doivent en rien chercher à créer des fonctionnalités qui n’ont pas leur place dans un espace comme celui-ci. Il n’y a pas de salon, pas de bureau à proprement parler, la circulation doit être fluide. Ici, elle s’articule autour du meuble cuisine/bibliothèque. La déco ? Il y a quelques objets, quelques meubles qui m’accompagnent depuis longtemps au fil des déménagements, la méridienne par exemple. Pour le reste oui, j’aime chiner, par curiosité plus que par nécessité.

Ce lieu, qui combine travail et vie privée, te convient-il ? Qu’est-ce que tu apprécies le plus dans ce style de vie, le moins?

C’est une réflexion qui a pris une acuité particulière au moment où je cherchais à acheter: de quoi ai-je besoin, pour quel genre de vie tant professionnelle que privée, quelle situation ville/campagne, quelle hauteur sous plafond pour un atelier, une chambre noire ou non, etc…  Mais j’habitais dans un loft depuis douze ans déjà. La proximité lieu de vie/lieu de travail n’a donc pas été quelque chose de nouveau auquel j’aurais eu à me faire. Et cela me convient. Je sais toutefois que le risque est grand de se laisser enfermer dans une façon de procéder où les dossiers restent ouverts en permanence… ce qui n’est pas très sain – on a tous besoin de césures ! Mais bon, il suffit d’y être attentif et les inconvénients sont faibles au regard du plaisir que provoque le sentiment d’avoir à disposition un outil performant et adaptable au gré des besoins.

Un endroit où tu aimes aller à La Chaux-de-Fonds ?

Pour l’apéritif, le Café du Coin. Aux autres heures toute la campagne environnante!

Tu aimes cuisiner est-ce que tu fais volontiers à manger pour tes amis?

Oh oui ! Un même plat prend une saveur différente dès lors qu’il est partagé.