Christina et famille, Pailly

Christina et famille, Pailly

La ferme est située dans le petit village de Pailly, juste en face de l’école, dans la campagne proche de Lausanne. Le rural construit en 1795 n’avait jamais été habité; il remplissait sa fonction d’origine et abritait cochons, vaches, poules, le fourrage et diverses machines agricoles. Quand Christina et Joseph l’ont visité, ça a été le coup de foudre immédiat : «l’espace était brut, nous n’avions pas encore signé que j’imaginais déjà comment créer les volumes » s’exclame Christina. Un magnifique terrain de jeux pour la jeune femme jamais à court d’idées. Elle dessine tous les plans elle-même, ils seront ensuite soumis à un architecte puis vérifiés par un ingénieur. C’est ainsi que 350m2 sur six demi-niveaux verront le jour, ouvrage réparti sur une période de deux ans. Les chapes en béton sont soutenues par trois piliers placés au rez de chaussée, les murs porteurs d’origine font près de un mètre d’épaisseur, l’isolation à l’intérieur est faite de chanvre mélangé avec de la chaux. On arrive depuis la rue villageoise directement dans la zone qui était alors l’écurie pour se trouver dans une vaste pièce ouverte salon-cuisine-salle à manger. Pour la cuisine, Christina s’est inspirée des meubles de métier, en bois et zinc, avec une multitude de petits tiroirs, un plan de travail en béton ciré, un style atelier qui se fond visuellement dans l’espace. Le sol aux tons neutres, de travertin en marbre vieilli en barrique, est doux au touché, il donne envie de marcher pieds nus. Côté nord, Christina a fait reculer la façade d’origine qui donne sur le jardin bénéficiant ainsi de quelques mètres de place supplémentaires.

La décision a été prise de garder l’espace ouvert jusqu’à hauteur du toit obtenant ainsi une hauteur de plafond vertigineuse de près dix mètres ! « J’aime les cours intérieurs que l’on trouve souvent en Italie, d’une manière générale j’ai systématiquement cherché à conserver le cachet de l’ancien en me laissant guider par mes idées et ce que j’avais vu lors de mes voyages, cela tout en créant un espace contemporain, et agréable à vivre». Des baies vitrées, au profil métallique de style très contemporain, sont prolongées par une belle voute en pierre classique, elles ouvrent sur le jardin arborisé créant ainsi un tableau de verdure qui appelle au calme. Un deck en bois y mène directement depuis le salon. La maison de jardin, qui servait d’habitation pour les employés de la ferme, a un charme fou et Christina a quelques idées pour lui redonner vie dans un futur proche ! Juste à côté de la porte d’entrée, un escalier en pierre conduit au premier niveau où se trouvent une belle salle de bain et deux chambres à coucher, dont celle de la petite Nina 5 ans. Le hall de cet étage ouvre sur la fameuse « cour intérieur » des trous au sol, dans lesquels venaient se loger les poutres d’origine, ont été conservés et transformés en puits de lumière. L’espace est aussi utilisé comme petit atelier et aire de jeux par Nina. Le niveau suivant abrite les chambres de Mahe 11 ans et Matteo 14 ans, chacune dotée d’une mezzanine, elles se partagent une salle de bain féérique avec baignoire creusée dans la chape. Au dernier étage avant les combles se trouve la spacieuse suite parentale avec salle de bain ouverte sur la pièce, le sol en carreau de ciment a été dessiné et fait sur mesure au Maroc. Enfin, par une cage d’escalier en bois, on arrive à l’atelier de Christina. Situé sous le toit, la charpente imposante a été entièrement conservée, le sol en tommettes et ancien parquet ont tous deux été récupérés ; dans un grenier pour l’un et une démolition pour l’autre. La première occupation de Christina avant qu’elle ne se passionne pour la décoration d’intérieur et en fasse son métier, était celle de styliste, plus spécifiquement, elle conceptualisait de somptueuses robes de mariage. « Parfois j’accepte encore des clientes, mais essentiellement je me suis tournée vers la décoration d’intérieur et ai réalisé plusieurs projets, dont un restaurant, des bureaux et des résidences privées ». Les volumes étonnants, une déco réalisée avec beaucoup de sensibilité en parfaite communion avec l’histoire des lieux, un choix de matériaux nobles aux tons neutres, confèrent à l’espace un sentiment de bien-être et d’harmonie.

http://www.enquetedinterieur.ch/

Christina et Joseph

Comment avez-vous trouvé cette ferme ?

Si je répond que cette ferme a été mise sur notre chemin par des anges je passe pour une folle ? Nous étions sur le point de signer pour une autre ferme, nous avions mis de l’argent chez le notaire pour la réserver, les plans destinés à la mise à l’enquête étaient terminés. A la dernière minute le propriétaire nous a appelé et annoncé qu’il avait décidé de vendre l’objet à quelqu’un d’autre. Nous étions très déçus. Cet investissement se faisait en commun avec ma sœur. Nous avons décidé de continuer à chercher ; le soir même nous avons découvert l’annonce pour la ferme de Pailly et le lendemain nous sommes parties en éclaireuses visiter ce fut un vrai, gros coup de cœur…pour la maison et pour ses propriétaires, nous sommes retournés sur place avec nos conjoints, nous avons fait une offre et voilà !

Parles-nous des travaux, et combien de temps ont-ils durés ?

Nous avons emménagé deux ans après le début des travaux. Deux années durant lesquelles mon mari travaillait tous les soirs et tous les week-ends avec mon beau-frère, cela en plus de l’aide ponctuelle d’amis et de membres de ma famille.Ça nous a semblé très long, surtout au début quand on ne voyait pas les choses avancer, mais quelle fierté aujourd’hui d’avoir fait la plus grande partie du travail nous mêmes ! C’est moi qui ai posé le sol au rez, j’ai aussi débarrassé le mur en pierre du ciment qui le recouvrait. De mettre la main à la pâte nous a permis financièrement de rénover 350m2, mais aussi de faire des choses un peu folles qui auraient sans aucun doute donné lieu à des plus-values énormes.

Qu’elles ont été les décisions les plus difficiles à prendre dans la    rénovation ?

De nous accorder quelques jours de vacances pour continuer la rénovation de notre mas familial dans le sud de la France ! J’ai dessiné les plans qui ont ensuite été soumis à un architecte. Il a rajouté 3 colonnes au rez de chaussée expliquant que les dalles en béton ne tiendraient pas toute seule ! Ensuite j’ai dessiné ma cuisine et quelques meubles, il y a deux éléments que j’ai eu de la peine à finaliser : l’escalier et l’ouverture dans le mur pour la TV. D’une manière générale, la rénovation de cette maison à été comme une évidence, aujourd’hui elle représente une excellente carte de visite auprès de mes clients, mais surtout elle me ressemble tellement, elle reflète la famille telle que je la conçois.

Quels ont été les choix de couleur et quels matériaux avez-vous  privilégiés ?

Nous avons privilégié le béton, le bois, la pierre, le métal, en général les matière naturelles, car je pense qu’on ne se lasse jamais de ces 4 matériaux, ils n’ont pas des couleurs à proprement dit, ils sont vivants, uniques, et peuvent avoir plusieurs vies.

Quels sont tes matériaux favoris et as-tu des coups de cœur récents à nous faire partager ?

Mes matériaux préférés sont ceux que j’ai utilisés, j’aime le bois de récupération, j’aime la rouille, récemment j’ai fait construire des marches pour l’échelle qui mène au lit de mon fils et elle sont faites en acier non traités, le serrurier voulait les peindre ou les traiter et moi je voulais les laisser vivre. Je rêve de faire un mur en plaque d’acier et de le laisser s’oxyder. Un autre de mes coups de cœur c’est une société italienne qui fait des carreaux, Mutina, je ne sais pas encore laquelle de mes salles de bains je vais transformer en premier mais j’adore leur produit, un vrai travail d’artisan.

Comment choisis-tu un nouveau meuble ou objet ? 

Je pars rarement à la recherche d’un meuble ou d’un objet, c’est plutôt au hasard de mes ballades que j’ai des coups de cœurs. Pour mon intérieur, avant c’était facile d’imaginer où le placer et de façon assez aléatoire je l’achetais ! Aujourd’hui je dois réfléchir car je n’ai plus de place et j’avoue avoir beaucoup de mal à me défaire des objets, surtout si ils ont une histoire, par contre si je sais qu’il y a moyen d’en faire profiter quelqu’un que j’apprécie je m’en sépare très facilement !!!

Qu’est-ce qui t’inspire quand tu décores ta maison ?

on inspiration principale est ma famille. J’ai le désir de garder cette inspiration pour mes clients, ce que je préfère en décoration est la maison familiale ! Ses habitants, découvrir leur histoire, leurs habitudes, de quoi est fait leur quotidien. D’où le nom « Enquête d’intérieur » pour créer essentiellement un endroit où les gens se sentent bien, un endroit qui leur corresponde, le côté esthétique coule de source si on se fie à la beauté intérieure des gens…

Quel est l’endroit où toute la famille se retrouve ?

Avec deux ados c’est autour de la grande table, à côté de la cuisine, que l’on se retrouve le plus, la table des plaintes, des debriefing, des remises en questions, des félicitations, où on refait le monde.

Un -ou plusieurs- designer contemporain que tu apprécies particulièrement ? 

Jorge Canete, Heinz Julen et plus récemment Isabelle Richard que j’ai découvert sur le blog my day with, mais je suis très influencée aussi par la haute couture. L’art m’inspire aussi, des artistes tels que Vox Populi dans le sud de la France, qui travaille le fil de fer. J’aime l’idée de prendre quelques chose d’insignifiant et d’en faire une œuvre d’art. Je passe beaucoup de temps à essayer de dénicher des nouveautés à proposer à mes clients, ce qui n’est pas sur le marché et qui me vient en tête, comme ma cuisine, je cherche le moyen de le conceptualiser.

Quels sont les avantages et les désavantages de vivre et travailler au même endroit ?

Les avantages sont moins de frais fixes et d’être disponible pour ma famille. Mais c’est aussi un désavantage ! C’est parfois difficile de travailler en toute quiétude et j’ai le sentiment de ne jamais vraiment quitter le travail. Aujourd’hui, heureusement, j’ai de plus en plus de chantiers qui m’amènent à être à l’extérieur.

Où aimes-tu partir et tes voyages sont-ils une source d’idée précieuse dans ta profession ?

J’aime partir… dans des beaux endroits, des beaux hôtels, des châteaux, des chalets, des chambres d’hôtes. Je cherche des endroits avec du cachet, où je me ressource et qui m’inspirent. J’aime l’Italie, j’adore Zermatt, Istanbul, Barcelone. Pour moi partir c’est se fabriquer de merveilleux souvenirs, partir me permet à chaque fois que je rentre de me rendre compte de la chance que j’ai de vivre dans une magnifique maison dans laquelle je me sens si bien !

Qu’est-ce que tu apprécies le plus dans la région où tu vis ?


Les gens, les paysages, la nature…mais la région n’est pas si importante, c’est la manière que l’on a de s’intégrer qui est importante. Je ne suis pas traitée en « étrangère », malgré mes origines Valaisannes ! Dès mon arrivée me suis intéressée aux habitants, à la vie des gens et ma famille et moi-même faisons partie de la communauté et participons à la vie de la région.